Frivola soddisfazione della borghesia parigina dopo il bagno di sangue subito dai comunardi
"On lisait dans le National du 29 mai: « Paris, 28 mai 1871. « Monsieur, « Vendredi dernier, alors qu'on relevait des cadavres sur le boulevard Saint-Michel, des individus de 9 à 25 ans, vêtus en gens aisés, étaient attablés avec des femmes de moeurs dissolues, à l'intérieur et à la porte de certains cafés de ce boulevard, se livrant avec celles-ci à des rires scandaleux. « Veuillez, monsieur le directeur, etc. « DUHAMEL, 55, boulevard d'Enfer. « Les faits que je signale ci-dessus se renouvellent journellement. » Le Journal de Paris, feuille versaillaise supprimée par la Commune, disait (1) : « La manière dont la population de Paris a manifesté hier sa satisfaction était plus que frivole et nous craignons que cela n'empire avec le temps. Paris a maintenant un air de fête qui est tout à fait déplacé et, si nous ne voulons pas qu'on nous appelle les Parisiens de la décadence, il faut mettre un terme à cet ordre de choses. ». Puis il citait un passage de Tacite: « Cependant, le lendemain de cette horrible lutte, avant même qu'elle ne fût pas tout à fait terminée, Rome avilie et corrompue, recommença à se vautrer dans le bourbier de volupté où elle avait détruit son corps et souillé son âme - alibi proelia et vulnera, alibi balnea popinoeque - ici les morts et les blessés, là les filles et les tavernes »"; (1) Ce passage, dont l'auteur est Edouard Hervé, a été cité par Marx dans La Guerre civile en France  (Ed.) (pag 504-505); LEGGERE IN: Lissagaray Prosper-Oliver, Histoire de la Commune de 1871. Librairie du Travail, Paris, 1929 pag 579 8°  note bibliografia appendice indice nomi con una nota biografica sull'autore di Amedee DUNOIS.  [Versione digitale su richiesta] [ISC Newsletter N° 73] ISCNS73DIGIT