Secolo XIX: Inghilterra strumento inconsapevole della storia in Asia
"L'Angleterre, écrit Marx à ce sujet, a une double mission à remplir en Inde: l'une destructrice, l'autre régénératrice - l'annihilation de la vieille société asiatique et la pose des fondements matériels de la société occidentale en Asie" [New York Daily Tribune, 8 août 1853]. Cette double mission, nous l'avons vu, équivaut aux jeux de Marx à une révolution, voire à "la seule révolution 'sociale' qui ait jamais eu lieu en Asie". Et il développe encore cette idée dans le même texte [Ibid. 25 juin 1853] de façon plus explicite: "Il est vrai que l'Angleterre, en provoquant une révolution sociale en Hindoustan, était guidée par les intérêt les plus abjects et agissait d'une façon stupide pour atteindre ses buts. Mais la question n'est pas lá. Il s'agit de savoir si l'humanité peut accomplir sa destinée sans une révolution fondamentale dans l'état social de l'Asie. Sinon, quels que fussent les crimes de l'Angleterre, elle fut un instrument inconscient de l'histoire en provoquant cette révolution" [Ibid.]. Par ailleurs: "La question n'est pas de savoir si les Anglais avaient le droti de conquérir l'Inde, mais si nous devons préférer l'Inde conquise par les Turcs, par les Persans, par les Russes, à l'Inde conquise par les Britanniques" [New York Daily Tribune, 8 août 1853]  (pag 264-265) (...); "Pays à la pointe du développement capitaliste, l'Angleterre détenait, la mission historique de déclencher la crise mondiale du systéme capitaliste. C'est là qu'intervenait dans le raisonnement de Marx le facteur chinois. Il constatait ['Revolution in China and in Europe', New York Daily Tribune, 14 juin 1853] que la balance commerciale de la Chine s’était fortement détériorée à partir de 1833 et surtout de 1840" (pag 268). [LEGGERE IN: Miklós Molnar, 'Marx, Engels et la politique internationale', Gallimard, Paris 1975] [Versione digitale su richiesta]  [ISC Newsletter N° 73] ISCNS73DIGIT