Il basso salario dei tessitori nell'industria rurale dell'Ancien Regime in Francia
"Nous voyons ainsi que le salaire moyen des tisserands n'était guère très élevé, même comparé à celui des maçons ou des charpentiers, par exemple; et quant au salaire des fileuses, il était tout à fait insignificant. C'était pour cela, sans doute, que les autorités attribuaient, ainsi que nous l'avons vu plus haut, une si grande importance à l'industrie des campagnes, au point de vue de l'abaissement général des salaires. En effet, le travail industriel ne constituait pas, dans la majorité des cas, la source unique du budget du paysan. Ce n'était qu'une ressource supplémentaire, et l'ouvrier des campagnes pouvait accepter des prix inférieurs à ceux qu'était obligé de demander l'ouvrier des villes, qui, lui, ne pouvait compter sur aucun gain auxiliaire" (pag 37) [LEGGERE IN: Eugen Tarlé, 'L' industrie dans les campagnes en France à la fin de l'ancien regime', Edouard Cornely ed., Paris, 1910] [Versione digitale su richiesta] [ISC Newsletter N° 73] ISCNS73DIGIT