spacer.png, 0 kB
spacer.png, 0 kB
Home arrow Biblioteca Digitale
Biblioteca Digitale
La trasformazione del partito clericale austriaco nell'analisi di Otto Bauer PDF Stampa E-mail
"Au moment où la dépréciation de l'argent orientait les masses ouvrières dans la voie révolutionnaire, les gros financiers internationaux craignirent que la révolution sociale ne gagnât l'Autriche. Les gros capitalistes juifs, protestants, ou francsmaçons de Londres, d'Amsterdam et de Paris mirent, en 1922, des centaines de millions à la disposition du prélat catholique Seipel, pour qu'il assainît les finances autrichiennes et préservât ainsi l'Autriche de la révolution sociale. La grande bourgeoisie autrichienne considéra la stabilisation de la monnaie comme le salut. Les gros industriels, tant juifs que francs-maçons, acclamèrent le prélat catholique comme leur sauveur. Son portrait est accroché au mur des cabinets de travail des directeurs de banque. C'est ainsi que la grande bourgeoisie a passé dans le camp du cléricalisme. Son argent, sa presse, ses relations internationales sont entièrement à son service. Tant que la masse ouvrière fut exclue du droit de vote, la grande bourgeoisie pouvait dominer seule. Sa domination, c'était le libéralisme. Aujourd'hui, par contre, dans la République démocratique, où c'est la majorité du peuple qui décide, la grande bourgeoisie ne peut maintenir sa domination qu'en s'appuyant sur la masse des électeurs petits bourgeois et paysans ; elle ne peut donc dominer qu'en pénétrant dans le parti clérical, qui groupe les masses des électeurs petits bourgeois et paysans, et en mettant ce parti à son service. Et cette masse d'électeurs petits bourgeois et paysans qui, une génération auparavant, avait renversé la domination de la grande bourgeoisie libérale, elle était maintenant devenue mûre pour se placer sous la direction de la grande bourgeoisie, passant au cléricalisme. Elles-mêmes effrayées par l'assaut de la classe ouvrière, intimidées par le déployement de sa force, tremblantes devant la Révolution sociale, ces masses petites bourgeoises et paysannes ne virent plus qu'un devoir à remplir : défendre le régime de la propriété bourgeoise contre le socialisme. (...) Le résultat de tout ce développement a été la transformation du parti clérical. Ce parti est devenu, selon l'expression de Seipel, « le point de concentration de tous les éléments anti-marxistes », c'est-à-dire l'organisation de toute la bourgeoisie contre la classe ouvrière" (pag 34-35-36); LEGGERE IN: BAUER Otto, Le socialisme, la religion et l'Église. Contribution à l'explication du Programme de Linz. L'ÉGLANTINE. BRUXELLES. 1928 pag VI 183 16°  prefazione all'edizione tedesca (1927), traduzione dal tedesco, Collection Études politiques et sociales. (Otto Bauer, deputato al parlamento austriaco, ex ministro) [Versione digitale su richiesta] [ISC Newsletter N° 73] ISCNS75DIGIT                                                                                               
 
Frivola soddisfazione della borghesia parigina dopo il bagno di sangue subito dai comunardi PDF Stampa E-mail
"On lisait dans le National du 29 mai: « Paris, 28 mai 1871. « Monsieur, « Vendredi dernier, alors qu'on relevait des cadavres sur le boulevard Saint-Michel, des individus de 9 à 25 ans, vêtus en gens aisés, étaient attablés avec des femmes de moeurs dissolues, à l'intérieur et à la porte de certains cafés de ce boulevard, se livrant avec celles-ci à des rires scandaleux. « Veuillez, monsieur le directeur, etc. « DUHAMEL, 55, boulevard d'Enfer. « Les faits que je signale ci-dessus se renouvellent journellement. » Le Journal de Paris, feuille versaillaise supprimée par la Commune, disait (1) : « La manière dont la population de Paris a manifesté hier sa satisfaction était plus que frivole et nous craignons que cela n'empire avec le temps. Paris a maintenant un air de fête qui est tout à fait déplacé et, si nous ne voulons pas qu'on nous appelle les Parisiens de la décadence, il faut mettre un terme à cet ordre de choses. ». Puis il citait un passage de Tacite: « Cependant, le lendemain de cette horrible lutte, avant même qu'elle ne fût pas tout à fait terminée, Rome avilie et corrompue, recommença à se vautrer dans le bourbier de volupté où elle avait détruit son corps et souillé son âme - alibi proelia et vulnera, alibi balnea popinoeque - ici les morts et les blessés, là les filles et les tavernes »"; (1) Ce passage, dont l'auteur est Edouard Hervé, a été cité par Marx dans La Guerre civile en France  (Ed.) (pag 504-505); LEGGERE IN: Lissagaray Prosper-Oliver, Histoire de la Commune de 1871. Librairie du Travail, Paris, 1929 pag 579 8°  note bibliografia appendice indice nomi con una nota biografica sull'autore di Amedee DUNOIS.  [Versione digitale su richiesta] [ISC Newsletter N° 73] ISCNS73DIGIT
 
Henri De Man, l'ideologia borghese e l'"aristocrazia operaia" PDF Stampa E-mail
"Coltura proletaria o imborghesimento. «Ahimè, due anime abitano in me!» (Goethe). (...) I difensori della coltura proletaria invocano volentieri il passo seguente del Manifesto dei Comunisti, che, senza pensare a definire questa nozione, crea però il vuoto nel quale essa si formerà più tardi: «Il proletario è senza proprietà: le sue relazioni di famiglia nulla hanno di comune con quelle della famiglia borghese. Il lavoro industriale moderno, che implica l'asservimento dell'operaio da parte del capitale, in Francia come in Inghilterra, in America come in Germania, ha spogliato il proletario del carattere nazionale. Le leggi, la morale, la religione sono per lui altrettanti pregiudizi borghesi, dietro ai quali si nascondono altrettanti interessi borghesi». Poco ne cale sapere in qual misura la situazione del 1848 corrispondesse a questa descrizione. Basti accertare che la realtà ha trasformato ognuna delle frasi sopra citate nel suo opposto. Oggi, il proletario è assai meno sprovvisto di proprietà che nel 1848. La famiglia ha per lui anche maggiore importanza che per il borghese; i suoi legami con l a moglie sono più stretti perché essa è il suo unico e indispensabile aiuto nelle faccende di casa. Lo stesso è per i figliuoli, perché contribuiscono o contribuiranno al salario della famiglia. L'«asservimento moderno al capitale» non è caratterizzato dalla «scomparsa», ma da un 'accentuazione più forte del carattere nazionale; le differenze tra le situazioni sociali, nonché nel modo di pensare della classe operaia, «tanto in Francia che in Inghilterra, tanto in America che in Germania» si son fatte più profonde dal 1848 in qua. Per quel che riguarda il rispetto delle leggi, della morale, della religione, la classe operaia è oggi forse la sola classe che non consideri questo sentimento come un «pregiudizio borghese». In ogni caso essa ci crede molto più fermamente della borghesia stessa. Cosa caratteristica soprattutto: è proprio l'avanguardia più intelligente e più rapidamente ascendente della classe, operaia che si assimila i «pregiudizi borghesi» del Manifesto, mentre l'avanguardia più intelligente della borghesia se ne emancipa".  LEGGERE IN: Henri De-Man, a cura di Alessandro Schiavi, 'Il superamento del marxismo'. Volume secondo. Gius. Laterza & figli, Bari, 1929. [Questo libro è apparso in tedesco con il titolo 'Zur Psychologie des Sozialismus' (Diedrichs, Jena, 1926) e successivamente in francese (1927). Notizie dettagliate sulla vita e il pensiero del De Man si trovano nel volume di André Philip, 'Henri de Man et la crise doctrinale du socialisme', Librairie  Universitaire J. Gamber, Paris, 1928] [Versione digitale su richiesta] [ISC Newsletter N° 73] ISCNS73DIGIT

 
L''evoluzione rivoluzionaria' di Jaurès PDF Stampa E-mail
"Il proletariato non è al di fuori della patria. La frase famosa così ripetuta e sfruttata i n tutti i sensi che pronunciava, nel 1847, il Manifesto comunista di Marx e di Engels: «Gli operai non hanno patria», non era che un motto dettato dalla passione, una replica paradossale, e del resto poco felice, alla polemica dei patrioti borghesi, che accusavano il comunismo come distruttore della patria. E infatti, lo stesso Marx si affrettava a correggere ed a restringere il senso della sua formula, aggiungendo: «Certamente il proletariato deve prima conquistare il potere politico, deve erigersi a classe nazionale sovrana e costituirsi in nazione; e in questo senso egli appartiene ancora ad una nazionalità, ma non più come l'intende la borghesia». Sottigliezze assai oscure e vane assai. Come potrebbe il proletariato costituirsi in nazione, se la nazione non fosse già, se il proletariato non avesse con questa vivi rapporti? E se il ''Manifesto' vuol dire semplicemente che una classe non ha patria finché della patria non è interamente padrona, che non avrà patria fino a che non abbia conseguito tutto il potere politico, esso deve allora proclamare per tutto il periodo dell'antica monarchia, dal timido sorgere dei Comuni fino alla Rivoluzione francese: «I borghesi non hanno patria». È la sostituzione di una serie di rivoluzioni astratte e artificiali alla profonda evoluzione rivoluzionaria, così spesso definita da Marx stesso con tanta forza. È la negazione sarcastica della storia medesima, di, ciò che la dialettica marxista ha di originale e di forte. È l'idea sacrificata all'espressione. (...)" (L'Armée Nouvelle, p. 436-438)]. LEGGERE IN: Jean Jaures, Il socialismo e la Guerra, L'Emancipatrice, Paris, 1918 [Versione digitale su richiesta] [ISC Newsletter N° 73] ISCNS73DIGIT
 
'Con una tale concentrazione di schiavi bastava un capo energico per far scoppiare una rivolta' PDF Stampa E-mail
"Les prisonniers et otages cultivés, tels que les Grecs, les esclaves habiles en affaires, tels que les Syriens, étaient employés comme précepteurs ou administrateurs, et étaient peu à peu affranchis. L'un de ces esclaves affranchis fut l'historien grec Polybe, dont l''Histoire romaine' est l'une des meilleures qui soient. La noblesse et la plutocratie romaines n'avaient pour les Grecs que du mépris et se plaignaient de l'influence qu'ils exerçaient sur la culture romaine. Cette concentration d'esclaves, de masses considérables d'hommes animés d'une haine farouche pour leurs oppresseurs devait avoir pour effet, tôt ou tard, de provoquer des conspirations et des révoltes. Il ne fallait qu'un chef énergique pour les déclencher. La première révolte d'esclaves éclata en Apulie, en 187 avant Jésus-Christ. Elle fut rapidement écrasée et 7.000 esclaves moururent sur la croix. Incomparablement plus pénibles et plus sanglantes furent les deux grandes insurrections d'esclaves qui éclatérent en Sicile, la prémière de 134 à 132, la seconde de 104 à 101. Cette île fertile offrait un champ étendu à l'exploitation esclavagiste. Les domaines de l'Etat étaient des 'latifundia': champs de blés immenses, plantations d'olives et vastes prairies pour l'élevage de moutons. Des masses énormes d'esclaves cultivaient le sol, soignaient les arbres fruitiers, gardaient les troupeaux de moutons et faisaient de la Sicile le grenier de Rome. L'insurrection qui y éclata en 134 se transforma en une longue et pénible guerre. Les insurgés avaient pour chefs le Syrien Ennus et le Macédonien Cléon, qui groupérent autour d'eux une armée de 70.000 hommes armées contre les armées romaines qu'on envoya successivement contre eux, mais furent finalement vaincus, soit par la famine, soit par la force des armes. 20.000 insurgés moururent sur la croix. Cela se produisit à la même époque où se déroulait à Rome l'agitation des Gracques. La seconde insurrection sicilienne fut également conduite par un Syrien, du nom de Salvius, et un Macédonien, appelé Arthénion. Ce n'est qu'après que les chefs furent tombés dans la lutte que les Romains parvinrent à réprimer l'insurrection". LEGGERE IN: Max Beer, 'Histoire generale du socialisme et des luttes sociales. 1. L'antiquité', Les Revues, Paris, 1930] [Versione digitale su richiesta] [ISC Newsletter N° 73] ISCNS73DIGIT

 
Secolo XIX: Inghilterra strumento inconsapevole della storia in Asia PDF Stampa E-mail
"L'Angleterre, écrit Marx à ce sujet, a une double mission à remplir en Inde: l'une destructrice, l'autre régénératrice - l'annihilation de la vieille société asiatique et la pose des fondements matériels de la société occidentale en Asie" [New York Daily Tribune, 8 août 1853]. Cette double mission, nous l'avons vu, équivaut aux jeux de Marx à une révolution, voire à "la seule révolution 'sociale' qui ait jamais eu lieu en Asie". Et il développe encore cette idée dans le même texte [Ibid. 25 juin 1853] de façon plus explicite: "Il est vrai que l'Angleterre, en provoquant une révolution sociale en Hindoustan, était guidée par les intérêt les plus abjects et agissait d'une façon stupide pour atteindre ses buts. Mais la question n'est pas lá. Il s'agit de savoir si l'humanité peut accomplir sa destinée sans une révolution fondamentale dans l'état social de l'Asie. Sinon, quels que fussent les crimes de l'Angleterre, elle fut un instrument inconscient de l'histoire en provoquant cette révolution" [Ibid.]. Par ailleurs: "La question n'est pas de savoir si les Anglais avaient le droti de conquérir l'Inde, mais si nous devons préférer l'Inde conquise par les Turcs, par les Persans, par les Russes, à l'Inde conquise par les Britanniques" [New York Daily Tribune, 8 août 1853]  (pag 264-265) (...); "Pays à la pointe du développement capitaliste, l'Angleterre détenait, la mission historique de déclencher la crise mondiale du systéme capitaliste. C'est là qu'intervenait dans le raisonnement de Marx le facteur chinois. Il constatait ['Revolution in China and in Europe', New York Daily Tribune, 14 juin 1853] que la balance commerciale de la Chine s’était fortement détériorée à partir de 1833 et surtout de 1840" (pag 268). [LEGGERE IN: Miklós Molnar, 'Marx, Engels et la politique internationale', Gallimard, Paris 1975] [Versione digitale su richiesta]  [ISC Newsletter N° 73] ISCNS73DIGIT
 
Termidoro: tentativo di Robespierre di condurre una lotta parlamentare intralciato dalla Comune PDF Stampa E-mail
"On croit connaître la Révolution et, quand on l'étudie dans les documents originaux, on s'aperçoit très vite qu'elle est presque ignorée. Les légendes le plus légèrement bâties se transmettent fidèlement d'historiens en historiens. Il n'y en a pas de plus accréditée que celle qui explique la défaite finale de la Commune au 9 thermidor pas le prétendus scrupules légalitaires de Robespierre. Robespierre aurait refusé obstinément; pendant des heures, de signer un appel aux armes qu'on lui présentait. (...) (pag 196);"Robespierre jeune, qui respirait encore, fut transporté sur une chaise au Comité civil de la section de la Maison Commune. Aux questions qu'on lui posa il répondit qu'on lui avait rendu un bien mauvais service en le tirant de sa prison. Cette suprème réflexion nous rèvèle la raison des hésitations de ces hommes et de leur manque de décision dans les premiers moments de l'insurrection. Ils n'avaient pas fait entrer dans leurs calculs cette révolte immédiate et spontanée de la Commune et des Jacobins. La lutte qu'ils avaient engagée contre les Comités de la Convention était une lutte parlementaire, qu'ils avaient pensé résoudre par des moyens parlementaires. Quand, le 8 thermidor au soir, Robespierre était venu relire aux Jacobins son dernier discours, il n'avait voulu que se procurer leur appui moral, jusque-là irrésistible, en prévision de la séance du lendemain, où il espérait ressaisir la majorité. S'il avait cru la partie désespérée au point de vue parlementaire, nul doute qu'il aurait agi autrement. Ce n'était pas un homme de désordre, mais ce n'était pas non plus un niais que le scrupule légalitaire paralysait. Contre le Législative autant que contre le roi, il avait préparé ouvertement la journée du 10 août, traçant le programme de l'insurrection, écrivant les pétitions des Fédérés, appelant les Jacobins à la révolte" (pag 229-230) [LEGGERE IN: Albert Mathiez, Autour de Robespierre, Payot, Paris, 1926][Versione digitale su richiesta]  [ISC Newsletter N° 73] ISCNS73DIGIT
 
Il basso salario dei tessitori nell'industria rurale dell'Ancien Regime in Francia PDF Stampa E-mail
"Nous voyons ainsi que le salaire moyen des tisserands n'était guère très élevé, même comparé à celui des maçons ou des charpentiers, par exemple; et quant au salaire des fileuses, il était tout à fait insignificant. C'était pour cela, sans doute, que les autorités attribuaient, ainsi que nous l'avons vu plus haut, une si grande importance à l'industrie des campagnes, au point de vue de l'abaissement général des salaires. En effet, le travail industriel ne constituait pas, dans la majorité des cas, la source unique du budget du paysan. Ce n'était qu'une ressource supplémentaire, et l'ouvrier des campagnes pouvait accepter des prix inférieurs à ceux qu'était obligé de demander l'ouvrier des villes, qui, lui, ne pouvait compter sur aucun gain auxiliaire" (pag 37) [LEGGERE IN: Eugen Tarlé, 'L' industrie dans les campagnes en France à la fin de l'ancien regime', Edouard Cornely ed., Paris, 1910] [Versione digitale su richiesta] [ISC Newsletter N° 73] ISCNS73DIGIT

 
Il giorno del trionfo dell'Union Sacrée è stato il giorno della proclamazione della legge marziale PDF Stampa E-mail
"Les classes dominantes eurent un but déterminé en faisant 'participer' les socialistes: elle les désarmèrent. Elles les chargèrent de toutes les responsabilités sans leur accorder un pouvoir correspondant. Sembat dut céder la direction des chemins de fer è un technicien militaire. Cela n'empêche que quand Paris eut froid, c'est Sembat qui en mourut - ministériellement. Jules Guesde, militant socialiste remarquable mais sans aucune préparation gouvernamentale - c'est à son honneur! - est passé au ministère, ainsi qu'il l'a dit lui-même, "comme dans un tunnel", sans rien y voir. La responsabilité fut écrasante, les avantages minimes. On a laissé en liberté quelques militants en vue, mais toute la classe ouvrière, toute la République, furent 'enchainèes', y compris le président du Conseil actuel. Le 4 août 1914, le jour du triomphe de l'Union Sacrée la plus absolue fut celui de la proclamation de l'état de siège pour toute la France. Le peuple vote sa confiance 'unanime au pouvoir'" (pag 13) LEGGERE IN: Charles Rappoport, La crise socialiste et sa solution, Les problèmes du socialisme, 1. Octobre 1918] [Versione digitale su richiesta] [ISC Newsletter N° 73] ISCNS73DIGIT

 
<< Inizio < Prec. 1 2 3 4 Pross. > Fine >>

Risultati 29 - 42 di 43
spacer.png, 0 kB

Cerca nel sito

spacer.png, 0 kB
spacer.png, 0 kB
spacer.png, 0 kB